Charles J. Chaplin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le succès par le portrait



                                               
                                          Portrait de femme (détail), 1854, h/t, 120 x 86 cm env., sdbd. 
                                                               Crédits : fonds privé.
                                                             


Grâce au succès critique remporté au Salon de 1851 et à sa médaille de 3e classe, Chaplin s’est « fait un nom ». Délaissant ses paysans et ses  vues de village pour le portrait, le peintre s’adapte à la rigueur d’un genre et aux attentes d’une nouvelle clientèle.

En fait, Chaplin expose des portraits au Salon depuis ses débuts, soit en 1845 avec une effigie de sa mère. Le peintre mène une double carrière de peintre rustique et de portraitiste afin de subvenir à ses besoins. Ses premiers travaux précédant son grand succès de 1851 sont rares. Les quelques œuvres témoignent de l’influence de sa peinture rustique : des couleurs sourdes et denses comme l’ocre et le noir. Les contours ne pas encore bien arrêtés, la posture des figures un peu raide.


With the critical success won at the Salon of 1851 and its 3rd class medal, Chaplin has "made a name." Abandoning his peasants and his views of the village for the portrait, the artist adapts his manner to the rigor of a genre and the expectations of new customers.

In fact, Chaplin exposes portraits at the Salon since its inception, in 1845 with an effigy of his mother. The artist has led a double career both as a portrait painter and a rustic painter to make his ends meet. His early works before his great success of 1851 are rare. The few pieces show the influence of his rustic painting, with dull and dense colors as brown ocher and black. The contours are not yet well established, the posture of the figures a bit steep.




          

                                           Portrait d’homme, fin des an. 1840-déb. des an. 1850, h/t, 27 x 21,5 cm,sbg.


Peu à peu, la palette terreuse de Chaplin laisse place à des tonalités plus chantante et plus gracieuse. En plus du blanc, du gris et du rose – les trois couleurs fétiches qui incarneront son style – le peintre emploie des nuances plus acidulées et plus soutenues afin de souligner les détails d’importance comme la délicatesse d’une nuque, d’un poignet, la fraîcheur d’un décolleté. La lumière vient illuminer la jeunesse d’une bouche et anime les regards. Ces qualités de portraitiste – desceller et mettre en valeur – permettent à Chaplin de jouir d’une popularité grandissante chez les femmes du monde.  La critique enthouasiste le compare aux portraitistes les plus fashionable du temps comme Eugène Emmanuel Amauy Duval (1808-1885) ou Edouard Louis Dubufe (1819-1883).


Little by little, the earthy palette of Chaplin leaves room for more melodious and more graceful tones. In addition to white, gray and pink - the three colors that embody his fetish style - the painter uses more sour and stronger grades to highlight the important details as a delicate neck, a wrist, the freshness of a neckline. The light comes to enlighten the youth of a mouth and the animated eyes. Such qualities as a portraitist - unseal and highlight - allow Chaplin to enjoy growing popularity among women worldwide. Criticism enthouasiste have compared him to the most fashionable portrait painters of the time as Eugene Emmanuel Amauy Duval (1808-1885) or Edward Dubufe Louis (1819-1883).





                                            Portrait de femme, 1854, h/t, 120 x 86 cm env., sdbd. 
                                               Crédits : fonds privé.


Au milieu du XIXe siècle, la vogue du portrait d'enfants offre à nombreux peintres comme Carolus-Duran ou Chaplin de nouveaux débouchés. La palette de Chaplin, de plus en plus fraîche et légère sans perdre en densité, s’accorde parfaitement avec la jeunesse des figures. Le peintre puisse dans sa propre production de scène de genre pour enrichir ses effigies. Le portrait des enfants d’Aimé Gros, un des clients réguliers de Chaplin, est en ce sens caractéristique.

IIn the mid-nineteenth century, the vogue of the portrait of children offers new opportunities to many painters as Carolus-Duran or Chaplin. The range of Chaplin’s palette, more and more fresh and light without losing density, fits in perfectly with the youth of his figures. The painter produced, inspired by in his own work that enriches his effigies. The portrait of children Aime Gros, a regular client of Chaplin, in this sense is characteristic.





                                              Portrait des enfants M.A.G., Salon de 1861, h/t, sdbg.

                                              Crédits : Paris, galerie Atalante, 2007. 

Un portraitiste à la mode

                                           Portrait de la mère du Vicomte de Vaufreland, 1876, h/t, 

                                                         84,5 x 60 cm.
                                                         Crédit : Interenchères.




Dès les années 1860, et surtout au cours des années 1870, Chaplin est un portraitiste réputé, plébicité par les femmes du monde. 


Ses portraits offrent un panel des figures mondaines de l'époque comme la comtesse Aimery de la Rochefoucauld ou la duchesse de Mouchy. Au fur et à mesure des années, la touche du peintre devient plus vigoureuse, conférant à ses effigies beaucoup de vivacité, notamment grâce à un travail minutieux des fonds. Les couleurs gagne en densité : les noirs sont profonds, les blancs deviennent presque métalliques... La beauté des femmes de Chaplin réside, non pas forcément dans leur plastique, mais dans le charme enjôleur des regards et des sourires fugaces que le peintre réussi à retranscrire.


In the 1860s, and especially during the 1870s, Chaplin is a famous portraitist, elected by women of the great world. 

His portraits offer an array of worldly figures of the time such as the Countess Aimery  de la Rochefoucauld or Duchess de Mouchy. As to the years, the Chaplin’s manner becomes more vigorous, giving birth to very lively effigies, especially through the painstaking work of the background. The color becomes more dense: blacks are deep, whites are becoming almost metallic ... The beauty of women Chaplin lies, not necessarily in their plastic, but in the beguiling charm of fleeting glances and smiles the painter managed to transcribe. 



                                  Mlle R. van Broek d'Onbrenan, Portrait d'Aimery de la Rouchefoucauld 

                                              (d'après Ch. Chaplin), 1879, eau-forte.

                                              Crédit : B.N.F., Paris.




                                              

                                            Portrait de Mme G., 1876, salon de 1877, huile sur toile, 

                                                           138,5 x 80,5 cm, sdbg.

                                                           Crédit : musée Carnavalet, Paris.

     

                                    Portrait de Mme..., 1890, huile sur toile, 106,7 x 74,2 cm, sdbd.

                                                Crédit : Christie's.


Les portraits de femme représente le quasi totalité de cette production. On dénombre toutefois quelques portraits d'homme et d'enfants dont les effigies de proches comme le peintre Louis-Gustave Ricard (1823-1875). Pour ses jeunes modèles, Chaplin emploie des accessoires symbolisant leur juvénilité que l'on retrouve également dans les scènes de genre comme les corbeilles de fleurs.

Portraits of women represents nearly all of the production of portrait. There are however some portraits of men and children whose like the one of his friend, the painter Louis-Gustave Ricard (1823 - 1875). For his young models, Chaplin uses accessories symbolizing their youthfulness such as baskets of flowers.



                                Portrait de L.-G. Ricard, vers 1863, eau-forte.

                                           Crédit : fonds privé.

                                    
                                                Portrait de M. B., 1887, chromolithographie d'après l'huile sur toile.

                                                Crédit : fonds privé.

Alfred Stevens (1823-1906) - La visite à l'atelier

                                      La Visite à l’atelier, vers 1874, huile sur toile, 67 x 55 cm, sbg.

                                      Crédits : Brussels Art Auctions.


« Alfred Stevens, le peintre par excellence de la Parisienne, dans le sens artistique du mot – que M. Chaplin se rassure – […] a fait construire son atelier du côté de la rue […] A peine quelques esquisses sur les murs. Ici, les toiles ne moisissent pas ; elles sont vendues avant d’avoir été conçues par le peintre, et en enlevées par les marchands et les collectionneurs aussitôt que l’artiste s’est dit : ‘ C’est fini ’. »

Voilà comment le critique Albert Wolff décrit le plus parisien des peintres belges… au détriment du plus français des peintres anglais. Si Wolff est féroce dans ses comparaisons, sa description de l’atelier de Stevens en 1874 nous permet de retrouver l’ambiance de la toile éponyme La Visite à l’atelier réalisée dans les années 1880. Comme Chaplin, la femme est au centre des toiles de Stevens, lorsqu’il ne s’adonne pas à ses marines. La facture rapide de l’œuvre rappelle les exécutions sur le vif. Le modèle ne semble pas avoir été convié pour l’occasion. Il s’agit probablement d’une collectionneuse ou d’une amie en visite.

Alfred Stevens, the archetypal painter of Paris, in the artistic sense of the word - that Mr. Chaplin reassures - [...] has built his studio on the side of the street [...] A few sketches on the walls. Here, the paintings do not have time to mold and are sold before their creation then kidnapped by the dealers and collectors as soon as the artist has said: 'It is finished'. "

That is how the critic Albert Wolff describes the most Parisian among the Belgian painters ... to the detriment of the most French among the English painters. While Wolff is fierce in his similes, his description of the Stevens’ workshop in 1874 allows us to enjoy the atmosphere of the eponymous painting La Visite à l’atelier conducted in the 1880s. Like Chaplin, the woman is at the heart of Stevens' paintings, when he is not dealing with seascapes. The rapid technique of this work recalls the executions from lifr. The model does not appear to have been invited for the occasion. It is probably a collector or a friend visiting.