Charles J. Chaplin

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Charles Chaplin peintre

Fil des billets - Fil des commentaires

La femme dans tous ses états

                                 

 

                                            Angélique (d'après l'Arioste), vers 1861, eau-forte. 

                                            Crédits : coll. privée.



Après le portrait et la peinture décorative, Chaplin s’adonne à la scène de genre dans le courant des années 1850. 

Ses sujets de prédilection sont les activités féminines : le repos, la toilette, la musique, la lecture, le soin aux animaux... Si les thèmes rejoignent une certaine vision stéréotypée de l’époque, ils ne sont en fait que des prétextes à rendre la grâce féminine jusque dans les gestes quotidiens.


After portraits and decorative paintings, Chaplin embrasses the genre in the course of the 1850s.

His favorite subjects are the women's daily life: rest, grooming, music, reading, animal care ... If the themes resonate with some stereotypical view of the time, they are really just excuses to make the feminine grace into everyday behavior. 




  
                                                   Jeune Fille au livre
, vers 1857, huile sur toile, 33 x 23 cm, sbd. 

                                                   Crédits : Christie’s.





L’influence de la peinture du XVIIIe siècle français se fait bientôt sentir dans les scènes de genre aux accents clairement décoratifs. 

La palette devient plus légère et plus gaie à la fin des années 1850, et les costumes de ses jeunes filles rappellent la mode du siècle précédent.  Chaplin s’inscrit dans une vogue propre au Second Empire : une sorte de XVIIIe revival. L’impératrice Eugénie, amatrice de ce « style Pompadour » au point de se faire représenter en Marie-Antoinette par Winterhalter, tombe rapidement sous le charme des œuvres du peintre.  

The influence of French painting of the eighteenth century is soon heard in the genre with clearly decorative accents.

The palette becomes lighter and more cheerful in the late 1850s, and the costumes of the girls in fashion reminiscent of the previous century. Chaplin takes part and reflects this vogue of is part of the Second Empire: a kind of eighteenth revival. The Empress Eugenie, the lover of "Pompadour style" to the point to be represented by Marie-Antoinette by Winterhalter, quickly fell under the spell of the painter's works.



                                                      
                                                       Coquetterie
, 1857, Huile sur toile, 60,5 x 36 cm, sdbg.

                                                       Crédits : galerie Gary-Roche, Paris.




                                        F. X. Winterhalter, Portrait de l’Impératrice Eugénie, 1854, h/t, 92.7 x 73.7 cm.
                                        Crédits: Met, New-York.




Dans les années 1860, le peintre s’attache non seulement aux jeunes filles dont il vante la beauté du corps, la délicatesse, l’attention et l’instinct maternel mais également aux fillettes. 

Le peintre aime s’attarder sur ces figures poupines aux attitudes empruntes d’une adorable naïveté. Il traite ainsi tous les stades de la féminité avant la maturité, c’est-à-dire, la perte de l’innocence et l’entrée dans le monde adulte. Chaplin s’impose donc comme un poète des « choses transitoires », éphémères : la jeunesse fraîche et délicate comme les roses dont il peuple ses peintures. 

In the 1860s, the painter is concerned not only to young girls whom he praises the beauty of body, delicacy, attention and the maternal instinct but also girls.

The artist likes to dwell on these figures chubby attitudes borrowed a lovely simplicity. He thus treats all stages of womanhood before maturity, the loss of innocence and the entering into the adult world. Chaplin is therefore as a poet of things transitory, ephemeral: young fresh and delicate as the roses popular in his paintings.




                                                
                                                 Nu de dos, courant des années 1860, huile sur toile, sbg.
                                                 Crédits : galerie Arnaud Catel, Paris.



                                          La Grande Soeur, 2e moitié des années 1860, huile sur toile, sbg.
                                          Crédit : 1st-gallery, USA.




                                              
                                              Jeune Fille au nid
, 1869, huile sur toile, sdbg.
                                              Crédit : musée des Beaux-Arts, Lyon.




Tout au long de sa carrière, ses coloris fétiches sont bien le rose, le gris et le blanc comme le décrit une partie de la critique. 

Mais l’artiste manie si bien les nuances que ses teintes semblent se décliner à l’infini. On lui reprochera des rendus parfois un peut trop aquarellés… Toutefois, Chaplin arrive à conférer à ses œuvres de la densité là où ses imitateurs sont tombés dans une mièvrerie liquide. 

Throughout her career, her favorite colors are pink, gray and white as described by some critics.

But the artist handles the nuances so that its colors appear to decline indefinitely. He is blamed for his watercolored visual effects... However, Chaplin arrives to give his works the density where his followers have fallen into a liquid sentimentality.




                                                  
                                                   Jeune Fille aux fleurs, 2nd moit. an. 1870, h/t, 45,7 x 24,5 cm, sbg.
                                                   Crédit : galerie Callaghan, Royaume-Unis.



Si le Second Empire est marqué par les fêtes mondaines, comme celles données par la princesse Mathilde, le couple impérial aux Tuileries et à Compiègne ainsi que des personnalités du monde comme Arsène Houssaye, la bonne société n’y renonce pas avec l’avènement de la IIIe République. Amateur de théâtre et de danse, et plus généralement de festivités, Chaplin est séduit par la légèreté et l’insouciance des soirées costumées. Déjà existant à la fin des années 1860, le bal, suggéré par des accessoires comme le masque, devient un thème récurrent dans les années 1880.

If the Second Empire is marked by famous parties, such as those given by the Princess Mathilde, the imperial couple at Compiegne and the Tuileries and the personalities of the world as Arsene Houssaye, the good society do not give up with the advent of the IIIrd Republic. Amateur of theater and dance, and more generally of festivities, Chaplin has been attracted by the lightness and carelessness of costume parties. Already existing in the late 1860s, the dance, suggested by accessories such as masks, becomes a recurring theme in the 1880s.



                        
                        Dans les Rêves, vers 1886, huile sur toile, sbg.
                        Crédit : 1st-gallery, USA.

Un portraitiste à la mode

                                           Portrait de la mère du Vicomte de Vaufreland, 1876, h/t, 

                                                         84,5 x 60 cm.
                                                         Crédit : Interenchères.




Dès les années 1860, et surtout au cours des années 1870, Chaplin est un portraitiste réputé, plébicité par les femmes du monde. 


Ses portraits offrent un panel des figures mondaines de l'époque comme la comtesse Aimery de la Rochefoucauld ou la duchesse de Mouchy. Au fur et à mesure des années, la touche du peintre devient plus vigoureuse, conférant à ses effigies beaucoup de vivacité, notamment grâce à un travail minutieux des fonds. Les couleurs gagne en densité : les noirs sont profonds, les blancs deviennent presque métalliques... La beauté des femmes de Chaplin réside, non pas forcément dans leur plastique, mais dans le charme enjôleur des regards et des sourires fugaces que le peintre réussi à retranscrire.


In the 1860s, and especially during the 1870s, Chaplin is a famous portraitist, elected by women of the great world. 

His portraits offer an array of worldly figures of the time such as the Countess Aimery  de la Rochefoucauld or Duchess de Mouchy. As to the years, the Chaplin’s manner becomes more vigorous, giving birth to very lively effigies, especially through the painstaking work of the background. The color becomes more dense: blacks are deep, whites are becoming almost metallic ... The beauty of women Chaplin lies, not necessarily in their plastic, but in the beguiling charm of fleeting glances and smiles the painter managed to transcribe. 



                                  Mlle R. van Broek d'Onbrenan, Portrait d'Aimery de la Rouchefoucauld 

                                              (d'après Ch. Chaplin), 1879, eau-forte.

                                              Crédit : B.N.F., Paris.




                                              

                                            Portrait de Mme G., 1876, salon de 1877, huile sur toile, 

                                                           138,5 x 80,5 cm, sdbg.

                                                           Crédit : musée Carnavalet, Paris.

     

                                    Portrait de Mme..., 1890, huile sur toile, 106,7 x 74,2 cm, sdbd.

                                                Crédit : Christie's.


Les portraits de femme représente le quasi totalité de cette production. On dénombre toutefois quelques portraits d'homme et d'enfants dont les effigies de proches comme le peintre Louis-Gustave Ricard (1823-1875). Pour ses jeunes modèles, Chaplin emploie des accessoires symbolisant leur juvénilité que l'on retrouve également dans les scènes de genre comme les corbeilles de fleurs.

Portraits of women represents nearly all of the production of portrait. There are however some portraits of men and children whose like the one of his friend, the painter Louis-Gustave Ricard (1823 - 1875). For his young models, Chaplin uses accessories symbolizing their youthfulness such as baskets of flowers.



                                Portrait de L.-G. Ricard, vers 1863, eau-forte.

                                           Crédit : fonds privé.

                                    
                                                Portrait de M. B., 1887, chromolithographie d'après l'huile sur toile.

                                                Crédit : fonds privé.

Léon Bonnat, un ami de Chaplin


                        Allégorie de la Nuit, 1874,  dédicacé « A mon ami L. Bonnat », sdbd.

                        Crédit : RMN/R_G Ojéda.



Pour sceller une amitié, les peintres ont, au XIXe siècle, coutume de s’offrir ou de s'échanger des œuvres.



En 1874, Charles Chaplin dédicace une composition en tondo à son ami Léon Bonnat (1833-1922), futur professeur de son fils Arthur (1869-1935).

L’œuvre est un panneau décoratif dont le sujet - la nuit - est tiré du cycle thématique des heures de la journée. Ce thème est en soit assez classique. Chaplin le traite à plusieurs reprises au cours de sa carrière.


Toutefois, la ferme souplesse des lignes et la délicatesse de la palette traduisent un univers tendre et vaporeux, non dénué d’humour : le petit amour ailé semble bien embarrassé de devoir supporter sa lourde "charge" dormant à point fermé dans les nuages… 

Chaplin signe là une œuvre personnelle oscillant entre tendresse et second degré. Telle est l’empreinte véritable de l’artiste. 


To seal a friendship, painters used to offer or to exchange their works.

In 1874, Charles Chaplin composes a tondo he dedicates to his friend Léon Bonnat (1833-1922), future teacher of his son Arthur (1869-1935).

The work is a decorative panel whose subject - the night - comes from the cycle of thematic hours of the day. This theme is classic enough. Chaplin treats it several times during his career.

However, the firm flexibility of line and delicacy of the palette reflect a soft and ethereal universe, not without humor: the little winged love seems embarrassed by having to bear the heavy "burden" sleeping in the clouds ...