Allégorie de la Nuit, 1874,  dédicacé « A mon ami L. Bonnat », sdbd.

                        Crédit : RMN/R_G Ojéda.



Pour sceller une amitié, les peintres ont, au XIXe siècle, coutume de s’offrir ou de s'échanger des œuvres.



En 1874, Charles Chaplin dédicace une composition en tondo à son ami Léon Bonnat (1833-1922), futur professeur de son fils Arthur (1869-1935).

L’œuvre est un panneau décoratif dont le sujet - la nuit - est tiré du cycle thématique des heures de la journée. Ce thème est en soit assez classique. Chaplin le traite à plusieurs reprises au cours de sa carrière.


Toutefois, la ferme souplesse des lignes et la délicatesse de la palette traduisent un univers tendre et vaporeux, non dénué d’humour : le petit amour ailé semble bien embarrassé de devoir supporter sa lourde "charge" dormant à point fermé dans les nuages… 

Chaplin signe là une œuvre personnelle oscillant entre tendresse et second degré. Telle est l’empreinte véritable de l’artiste. 


To seal a friendship, painters used to offer or to exchange their works.

In 1874, Charles Chaplin composes a tondo he dedicates to his friend Léon Bonnat (1833-1922), future teacher of his son Arthur (1869-1935).

The work is a decorative panel whose subject - the night - comes from the cycle of thematic hours of the day. This theme is classic enough. Chaplin treats it several times during his career.

However, the firm flexibility of line and delicacy of the palette reflect a soft and ethereal universe, not without humor: the little winged love seems embarrassed by having to bear the heavy "burden" sleeping in the clouds ...